Les menhirs « isolés », des marqueurs dans le paysage néolithique ? Essai d’approche géostatistique multiscalaire
Le Jeune Yann, Vigneau Thomas
Article mis en ligne le 10 janvier 2018

par Yann
logo imprimer

Communication faite dans le cadre du colloque Statut des objets, des lieux et des Hommes au Néolithique - 32e colloque interrégional sur le Néolithique - Le Mans (Sarthe) - 24 et 25 novembre 2017

Résumé :

Les menhirs sont des monuments bien connus des archéologues et qui ont depuis longtemps été considérés comme des traces d’une construction paysagère ancienne. Les techniques numériques actuelles permettent de réinterroger cette hypothèse à des échelles variées, micro-régionale à nationale.
Dans cette perspective nous avons utilisé les données issues de la carte archéologique nationale (base PATRIARCHE) à l’échelle du territoire métropolitain et également au sein de fenêtres d’études plus restreintes dans les Pays de la Loire, où ces données ont pu localement être densifiées. Diverses sources de données topographiques ont été explorées afin de tenter de reconstituer la paléotopographie qui pouvait exister au néolithique ; BdAlti de l’IGN, SRTM du JPL et données LIDAR quand celles-ci étaient disponibles. Une approche géoarchéologique a permis de critiquer ces données et d’ajouter de la complexité aux hypothétiques paléotopographies.
Le paysage pouvant être conçu comme la perception visuelle d’un environnement, les traitements numériques se sont basés sur de classiques algorithmes de visibilité auxquels nous avons dû adjoindre de nouveaux concepts et traitements inédits, notamment la mise en œuvre d’un potentiel de visibilité cumulé.
Les traitements statistiques ont permis la mise en évidence de classes distinctes de menhirs qui peuvent être interprétés comme ayant des fonctions paysagères différentes.
Malgré la complexité des modèles et les réserves que l’on peut apporter aux résultats, ces premières pistes ouvrent des perspectives intéressantes pour la reconstitution des paysages anciens et les approches phénoménologiques associées. La méthodologie mise en œuvre permet par ailleurs d’explorer de nombreux contextes à des échelles variées et pour d’autres périodes chronologiques. Ce processus pourrait être également étendu pour le Néolithique en intégrant à l’avenir d’autres éléments monumentaux, notamment funéraires.

Article à venir.




pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2018 © Paleosystem - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version :