Ishtar, un projet de base de données libre pour la gestion du mobilier archéologique en ligne
Actes RIGMA 2015
Article mis en ligne le 5 juillet 2017
dernière modification le 3 janvier 2019

par yann

Le Jeune Y., Loks É., 2017 – Ishtar, un projet de base de données libre pour la gestion du mobilier archéologique en ligne, dans Thivet E., Chaillou A., Pain S. (dir), Actes de la première table ronde du Réseau interprofessionnel des gestionnaires de mobilier archéologique RIGMA – 29 et 30 janvier 2015, Besançon. Presses Universitaires de Franche-Comté. Besançon, Annales littéraires, 967 ; Série « Environnement, sociétés et archéologie », n°21, p. 91-105.

Site de présentation du projet ISHTAR

Résumé

Ishtar, un projet de base de données libre pour la gestion du mobilier archéologique en ligne, dans Thivet E., Chaillou A., Pain S. (dir), Actes de la première table ronde du Réseau interprofessionnel des gestionnaires de mobilier archéologique RIGMA – 29 et 30 janvier 2015, Besançon. Presses Universitaires de Franche-Comté. Besançon, Annales littéraires, 967 ; Série « Environnement, sociétés et archéologie », n°21, p. 91-105. Ishtar est un projet de base de données visant à gérer le mobilier et la documentation provenant d’opérations archéologiques. L’objectif est d’assurer une traçabilité maximale « de la fouille au musée » en passant par l’historique complet du mobilier, la gestion des propriétés, de l’étiquetage, des inventaires et celle des dépôts (et autres CCE ‒ Centres de Conservation et d’Étude). Ce logiciel a vocation à être installé sur un serveur Web mais peut également fonctionner en local, à l’échelle d’un chantier, d’une commune ou d’une région entière. Conçu afin de permettre une communication inter-bases, le projet Ishtar vise plutôt un modèle d’information distribuée que centralisée. Il est organisé autour d’un tronc commun associé à des modules liés à des besoins « métiers » spécifiques : administration des opérations et inventaires, dépôts, traitements liés aux laboratoires de restauration, analyse stratigraphique avancée, étiquetage QR-code, etc. De multiples niveaux d’utilisateurs sont possibles, accès grand public (ou non), accès pour chercheurs, responsables d’opérations, gestionnaires de CCE, connexion avec un SIG, etc. Ce projet doit aboutir à la fin 2015 à une version 1. Les bonnes volontés sont sollicitées pour toute participation active au projet, critiques ou soutiens.

Lien Researchgate